Comment choisir une paire de jumelles ?

Lors du choix d’une paire de jumelles, un certain nombre de facteurs doivent être pris en compte, tels que les performances techniques, les matériaux constitutifs et, bien sûr, le rapport qualité-prix. Pour cela, il est conseiller de se rendre sur un site spécialisé sur les jumelles avant de passer à l’achat.

Quiconque aborde pour la première fois le monde des équipements optiques doit nécessairement pouvoir s’appuyer sur quelques repères de base pour s’orienter, en partant du principe qu’un tel appareil remplit des fonctions sélectives et spécialisées.

Bien qu’il existe des jumelles de poche, c’est-à-dire des jumelles polyvalentes, il est toujours conseillé d’acheter un instrument spécifique pour ses propres besoins, par exemple pour l’observation de la nature, la chasse, l’observation des oiseaux ou l’astronomie.

choisir des jumelles

Cela vous donne la possibilité d’exploiter au maximum le potentiel des différents produits, en vous concentrant sur un objectif spécifique qui nécessite un instrument particulier.

La principale fonction des jumelles est de grossir plusieurs fois les images, notamment lorsque les objets sont très espacés.

Le diamètre de l’objectif, qui est mesuré en millimètres, permet de reproduire les objets de manière précise, nette et proche de la réalité, avec une luminosité adéquate même dans des conditions crépusculaires.

Plus le champ de vision offert par l’instrument est large, meilleures sont ses performances en termes de polyvalence et de maniabilité.

Les caractéristiques techniques utiles pour choisir une paire de jumelles sont les suivantes :

Matériaux

Les matériaux constitutifs d’une paire de jumelles sont les lentilles, qui sont en verre, et les montures, qui sont généralement en plastique rigide convenablement traité. 

Comme on le sait, outre les lentilles, les jumelles contiennent également des prismes en verre, qui servent à redresser l’image par une série de réfractions, afin qu’elle arrive droite à l’œil de l’observateur. 

Il existe deux types de prismes : les prismes de Porro et les prismes en toit, qui diffèrent par leur forme et leur nombre de réfractions. 

Les prismes en poireau permettent des réfractions moins nombreuses mais plus fines, tandis que les prismes en toit permettent des réfractions plus nombreuses mais moins fines. 

Chaque fois que la lumière traverse une surface transparente telle que le verre, même un petit pourcentage est réfléchi et donc diffusé. 

En conséquence, les images perdent de leur luminosité et apparaissent moins raffinées. Les prismes sont tous en verre, qui peut être de deux types : le verre borosilicaté (BAK-7), également connu sous le nom commercial de Pyrex, qui est largement utilisé en raison de ses hautes performances en termes de robustesse, de résistance et de transparence, et le verre Crown-Barium (BAK-4), qui est plus performant en termes de dispersion et d’indice de réfraction. 

Le premier type est moins cher et le second plus cher, notamment parce que le verre BAK-4 permet d’éliminer presque totalement la perte de luminosité.

Traitements

Pour améliorer les fonctions des jumelles, les lentilles et les prismes subissent des traitements anti-reflets dont l’efficacité augmente avec le nombre de couches appliquées. 

Il est nécessaire de considérer la relation entre le nombre de surfaces anti-reflets appliquées et la perte de résolution de l’image, en fonction de vos exigences personnelles ;

Champ de vision

Correspond à l’étendue de la zone observable à l’aide des jumelles, qui peut être exprimée en mètres ou en degrés. 

Cette exigence dépend du nombre de grossissements, car plus il y a de grossissements, moins le champ de vision est étendu.

Il est important d’adapter le champ de vision à l’œil de l’observateur en sélectionnant des prismes spécifiques qui peuvent également corriger d’éventuels défauts visuels tels que la myopie, la presbytie ou l’astigmatisme ;

Indice de luminosité

Il s’agit d’une valeur exprimée en millimètres et qui dépend du rapport entre le diamètre de la lentille et le nombre de grossissements. Elle est également appelée pupille de sortie car elle indique le diamètre du faisceau lumineux qui sort des jumelles. 

En regardant l’indice de luminosité, on peut comprendre la quantité de transmission de la lumière à l’intérieur de l’instrument. En effet, plus le diamètre de la pupille de sortie est grand, plus le faisceau lumineux qui traverse l’instrument est important. 

Cette exigence est exploitée dans toutes les occasions de faible éclairage, comme à l’aube ou au crépuscule ;

Mise au point

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la mise au point n’est pas la même pour toutes les jumelles. Il existe trois systèmes différents : la mise au point fixe (qui n’implique aucun réglage), la mise au point centrale (qui implique l’utilisation d’une roue placée au milieu des deux lunettes) et la mise au point individuelle (qui s’effectue à l’aide de mécanismes distincts pour chacune des deux lunettes) ;

Monture 

Un détail assez important qui peut faire la différence lors de l’achat de jumelles est de savoir si l’appareil peut être monté sur un trépied ou tout autre support fixe comme ceux des fenêtres de voiture. 

Dans le cas d’observations astronomiques ou nautiques, il est indispensable de pouvoir placer les jumelles sur un point fixe afin d’éviter les tremblements et donc le flou des images. 

Toutes les jumelles ne sont pas équipées d’une telle monture, ce que vous devez vérifier avant l’achat ;

Fourchette de prix

Pour beaucoup, le facteur décisif dans le choix d’une paire de jumelles est le prix, sachant que cet indice dépend de la qualité du verre des prismes et des lentilles, du nombre de traitements anti-reflets, du diamètre de la lentille et des matériaux utilisés pour le boîtier extérieur. 

Habituellement, ces appareils sont classés en cinq catégories, à savoir : gamme très bon marché (moins de 150 euros), gamme bon marché (entre 150 et 300 euros), gamme moyenne (entre 300 et 900 euros), gamme chère (entre 900 et 2000 euros), gamme supérieure (plus de 2000 euros).

Comment choisir des jumelles puissantes

La puissance d’une paire de jumelles dépend de deux facteurs, qui sont la capacité de grossissement et le champ de vision.

La capacité de grossissement permet d’augmenter la taille des objets vus en fonction du type de prisme monté sur l’appareil.

Le risque à éviter est que l’image perde en netteté et en précision, car si l’on augmente trop la taille, on obtient des images granuleuses.

La taille de l’image est un facteur discriminant extrêmement important, surtout pour une utilisation professionnelle de l’appareil, il est donc essentiel de trouver un bon compromis qui permette d’agrandir les images sans les déformer.

Le champ de vision, comme on le sait, permet également à l’observateur d’étendre la vue latéralement, jusqu’à un angle de 180 degrés.

Les jumelles dotées de prismes de pointe permettent de voir même les plus petits détails à la limite inférieure du champ de vision.

Les jumelles puissantes ont un grand champ de vision et offrent donc d’excellentes performances même dans des conditions extrêmes.

Les principales utilisations de jumelles puissantes sont les suivantes :

observation astronomique ;

observation navale ;

le secteur militaire ;

le sauvetage public ;

la sécurité civile ;

le tournage de documentaires sur la nature ;

la chasse ;

l’observation des oiseaux ;

la randonnée.

Les jumelles les plus puissantes sont généralement utilisées dans le secteur professionnel, bien que de nombreux amateurs de trekking et de nature fassent couramment usage de dispositifs puissants qui allient une extrême maniabilité à une grande polyvalence.

Avant d’acheter un tel appareil, il est conseillé de se concentrer sur son utilisation et pour cela, il existe des sites spécialiser sur le sujet, sachant que les modèles puissants sont universellement considérés comme les meilleurs, quelle que soit leur utilisation.

Aller en haut